Apothéose du fait divers. C’est tout mais ça fait peur !

15/05/17

Création automne 2017

Après plus de 40 ans de création consacrés, soit aux textes contemporains ou classiques les plus exigeants, soit à des curiosités littéraires inédites, la recherche d’histoires efficaces nous a conduit à parcourir l’œuvre de Pierre Bellemare, un corpus de plus de 60 recueils. Nous y avons trouvé des sujets au-delà de nos espérances, pour que la marionnette donne sa mesure.

Nous assumons également ce choix littéraire, persuadés que le phénomène populaire “Pierre Bellemare” et son œuvre écrite, seront bientôt l’objet d’une qualification universitaire comme l’ont été les œuvres de Simenon, Hergé, et bien d’autres avant, Dumas, Paul Féval, Alexis Ponson du Térail, etc.

Nous n’avons pas épargné l’analyse critique pour réunir des faits divers qui mettent le doigt sur des problématiques sociales intemporelles : la crédulité, la superstition, l’indifférence, l’inertie, l’égoïsme, etc.

“C’est tout, mais ça fait peur”… conclut Pierre Bellemare à la fin d’une de ses histoires vraies. Mais de quelle peur s’agit-il ? Ni tortures, ni meurtres, ni accidents épouvantables, juste des aventures incongrues, surprenantes, qui nous laissent divertis, mais à la réflexion un peu inquiets… Le hasard ou le diable déclenche le fait divers que le recul de quelques années permet de qualifier en comédie, drame voire fable. Les marionnettes en feront leur miel…

En acquérant les premiers recueils de Pierre Bellemare, Emilie Valantin ne se doutait pas qu’elle allait entr’ouvrir une collection de plus de 60 titres. Elle a lu environ 900 récits, pour en sélectionner une dizaine…

Pour jouer une dizaine de faits divers, il faut 30 espaces différents accueillant les péripéties successives vécues par 60 personnages et trois dispositifs verticaux, tels des escaliers en colimaçon. Les marches deviennent balcons, bureaux, guichets, vitrines, chambres… ou forment des trajets pour voyager.

Remerciements à Pierre Bellemare dont la voix ponctue et relie les épisodes du spectacle.



Emilie Valantin, Jean Sclavis, Pierre Saphores, Paul Canel ou Francisco Cabello
Accueil Événement Apothéose du fait divers. C’est tout mais ça fait peur !